Archives mensuelles : janvier 2014

Démocratie

On ne réalise pas toujours la chance qu’on a de vivre dans une démocratie. Mais ca se mérite!

Les conditions de la démocratie:
– permettre le débat
– fixer un cadre à ce débat

La loi est indispensable pour fixer des limites. Quand une société refuse de se poser des limites, elle risque de basculer vers un système autoritaire. (On peut noter que l’ultralibéralisme refuse la plupart des limites…)

Exemple de loi utile à la société:
– la Loi Évin du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme

On se souvient de la levée de boucliers quand il a été question de l’interdiction du tabac dans les lieux publics, les restaurants, les entreprises; aujourd’hui on peut constater que c’est totalement rentré dans les moeurs, plus grand monde n’envisage de revenir en arrière, et c’est tant mieux.

Et comme disait Winston Churchill en 1947: Democracy is the worst form of government, except for all those other forms that have been tried from time to time (« La démocratie est le pire des régimes – à l’exception de tous les autres déjà essayés dans le passé. »)

Publicités

Un petit garçon

C’est l’histoire d’un petit garçon, éveillé et curieux, qui regarde avec de grands yeux étonnés le monde qui l’entoure.

Il se demande pourquoi les adultes agissent comme ils le font, parfois de façon bien déconcertante…

Il avait calculé l’âge qu’il aurait en l’an 2000, en se disant que ce serait surement super, qu’il y aurait plein de trucs comme dans les bandes dessinées de science fiction, des voitures volantes, des villes suspendues dans le ciel, la possibilité de se téléporter n’importe où instantanément, avoir toute la connaissance du monde à portée de main (internet?) ; la misère, le racisme et la faim dans le monde ne seraient surement plus qu’un mauvais cauchemar en l’an 2000.

Il aimerait sans doute continue à rêver…

Mars

Ce n’est pas du mois de mars dont il s’agit, mais de la planète rouge, dont l’histoire de la conquête peut être riche d’enseignements.

Le rêve d’aller sur Mars est un aventure complexe, avec des difficultés médicales, techniques, et plus encore psychologiques, pour les hommes et les femmes qui y prendront part.

La durée du trajet, de plusieurs mois compte-tenu des contraintes de la navigation interplanétaire, est sans commune mesure avec la durée des missions du programme Apollo, qui étaient de l’ordre d’une semaine. Il n’y avait pas trop de problème pour revenir vers la terre si besoin, comme cela a été le cas pour Apollo 13 par exemple. Pour Mars par contre c’est plus compliqué et plus long. Cela pose des difficultés importantes du point de vue de la cohabitation de plusieurs personnes dans un espace restreint, ainsi que le sentiment d’isolement du au temps de plus en plus long pour communiquer avec la terre: un message peut mettre plusieurs minutes à parvenir jusqu’à Mars et en revenir, difficile d’avoir un dialogue interactif dans ces conditions. Plusieurs expériences ont eu lieu depuis le début de la conquête spatiale, en particulier la simulation au sol de l’isolement d’un équipage dans un écosystème fermé; l’expérience Biosphère II a échoué suite à un manque d’oxygène qu’il a fallu injecter dans la structure, et la mort de tous les insectes pollinisateurs; la deuxième a aussi échoué, suite à un problème de dispute entre les participants à l’expérience! La mission mars500 qui s’est déroulée à Moscou en 2010-2011 pendant 520 jours a été mieux préparée et s’est terminée correctement. L’expérience est en train d’être rééditée avec une approche du style « Loft story » dans Mars-One, avec recrutement et sélection de volontaires sur internet…

Admettons que ces difficultés logistiques et psychologiques soient surmontées, que l’équipage arrive sain et sauf sur  le sol de Mars, ils se rendront vite compte que cette planète froide est inhospitalière, que la vie y est  très difficile avec une atmosphère très ténue, et avec de faibles quantités d’eau. La terraformation est encore loin d’être à notre portée. Tout ceci devrait renforcer la prise de conscience que la seule planète habitable est notre terre, et que nous n’avons pas de planète de rechange quand toutes ses ressources y seront épuisées.

Au commencement…

Au commencement il n’y avait rien.

Puis la lumière fut – le big bang diront certains –

Les étoiles, les planètes, la vie enfin.

Notre soleil est né il y a 4,5682 milliards d’années, et quand il aura 10,5 milliards d’années, il explosera, la terre sera calcinée,  et tout s’arrêtera. Le scénario est écrit d’avance, c’est une certitude scientifique. Mais il reste quand même un peu de temps devant nous.

De l’humanité il ne restera sans doute pas grand chose. De toutes façons l’homme aura sans doute épuisé depuis longtemps les ressources de la terre. Il l’a déjà fait par le passé, à une moindre échelle, à l’Île de Pâques, dont une civilisation n’a laissé que quelques statues, avant de disparaitre. De la même façon, la civilisation maya a disparu, l’Empire romain s’est effondré, tout comme l’Empire khmer et bien d’autres.  La civilisation Maya a laissé quelques pyramides à degrés, l’empire khmer le temple d’Angkor Vat, les romains quelques monuments… L’empire américain aussi finira par s’effondrer, probablement sous le poids de sa dette… Notre civilisation finira aussi à plus long terme par disparaitre inexorablement, soit à cause de la surpopulation, soit par catastrophes climatiques, soit par auto-destruction.

Et que restera t’il de tout cela? A chacun de trouver sa réponse.